Suivez-nous sur facebook

Nouvelles!

Bientôt, pour les inconditionnels de notre collection, Orion aura son infolettre !

Actualités, pensées, conférences, interventions, nouveautés, événements seront au rendez-vous.

On vous y attend !

Infolettre >>

S T E F A N  S T A R E N K Y J

ARTISTE PEINTRE
Membre signataire (2008) de l’Institut des Arts Figuratifs - IAF
Élu (2008) à la Canadian Society of marine Artists – CSMA

C.P. 1280, Richmond, QC, Canada J0B 2H0
Tél. : 819.848.2888
Cellulaire : 819.818.0059
Courriel : publicationsorion@gmail.com
www.institutdesartsfiguratifs.com
www.ultramarine.ca

RÉSUMÉ DE CARRIÈRE
Stefan Starenkyj, à l’âge où les enfants pensent tout simplement à jouer au ballon, préférait déjà crayons et papier. C’est ainsi qu’on pouvait le voir occupé pendant des heures à dessiner. Son talent dans le dessin a poussé ses professeurs à le diriger vers des études d’architecture. Il a obtenu en 1969 son diplôme de l’université McGill et plusieurs prix et mentions d’honneur. Pendant plusieurs années, il a pratiqué dans la ville de Québec et sa région, dans les Antilles françaises, et dans l’Estrie.
Tout au long de ces années, malgré son temps limité, Stefan Starenkyj n’a jamais réussi à cacher son amour pour le dessin à l’encre de Chine et la peinture. C’est ce qui l’a amené à raconter tout un comté de la province de Québec en 51 dessins à la plume. Ils ont été publiés sous le titre : Bellechasse en blanc et noir.
Cette magnifique et unique collection de dessins a attiré de nombreux éloges et appréciations, permettant à Stefan Starenkyj de faire plusieurs expositions solos dont, entre autres, à la Place Royale dans la maison Couillard, dans le Vieux Québec en automne 1977. Une bonne partie de ces dessins se trouve maintenant dans des collections privées en Angleterre, en France, à New York, et au Canada.
Depuis cette période qui a marqué sa carrière artistique, la main et l’art de Stefan Starenkyj se sont développés, ont suivi un chemin de réflexion. L’expression de ses dessins s’est intensifiée, puis il s’est passionné pour la peinture à l’huile.
Ses tableaux de style réaliste frappent au cœur : son amour pour les bâtiments est évident. Il arrive à faire « parler » une simple grange qui s’est laissée tordre par le temps ; un paysage silencieux, une maison ancestrale, une nature morte, deviennent un message de persévérance et de ténacité sereine… Il a aussi acquis au cours des années une très grande fascination pour la mer et les thèmes marins : barques, navires, chaloupes, yachts, ports de mer, berges.

DÉCLARATION DE L’ARTISTE
« Dessinés et peints avec mes yeux et mon cœur, ces bâtiments et ces murs me rappellent un passé nostalgique (Québec, tes murs m’enchantent); cette marine fait écho à mon envoûtement pour les compositions nautiques et mon souvenir admiratif du combat d’un homme seul devant l’immensité des flots (Le vieil homme et la mer); ces fleurs, du jaune de Van Gogh (Hommage à Van Gogh- Héliopsis), et ces arbres, brasiers de l’automne (Automne brasillant), me font vibrer, et respectueux d’une nature où je trouve consolation et paix, je peins avec lyrisme la beauté du monde.
Je crois que la beauté peut nous sauver de ces actes d’injustice auxquels nous sommes constamment confrontés, car la beauté c’est la bonté; la beauté engendre la joie; la beauté réveille la sagesse. La beauté, disait Dostoïevski, sauvera le monde… à tout le moins ne peut-elle pas l’émouvoir, l’instant d’un regard? Platon affirmait qu’elle était révélation divine dans le temps et l’espace… Keats a affirmé que «la beauté est vérité et la vérité beauté». D’autres ont dit qu’elle avait la capacité de racheter ce qu’il y a de plus douloureux dans cette vie, et de le transformer en un chef-d’œuvre triomphal… c’est ainsi que Soljenitsyne l’a reprise dans son discours de réception du prix Nobel de littérature en 1970.
On dit que la société postmoderne a rejeté la beauté, et a fait de ce rejet le signe de son indignation contre les injustices criantes qui la déchirent. La beauté, celle qui est bonté, est plus grande que la douleur, et l’art peut en être le véhicule. Je désire partager dans mes toiles cette qualité dont la présence communique à l’esprit un intense plaisir. »